Retour sommaire


Brèves...

 

 TERRE VIVANTE

CURIOSITES : Le pilier de fer d'ashoka

Tout le monde a entendu parler du fameux PILIER DE FER D'ASHOKA qui date du 15è siècles et ne rouille jamais  malgré l'extrême humidité des lieux. Ce célèbre pilier (6 tonnes, 7 mètres  de haut) du temple de New delhi n'est toutefois pas l'unique pièce métallique à ne pas rouiller ; c'est aussi le cas de nombreux autels et objets de culte Indiens aussi « incorruptibles » que ce pilier. Mais aujourd'hui  ce mystère a été élucidé  grâce à l'Institut Indien de Technologie de Kânpur  qui a trouvé que cette protection « anti-rouille » était due à une très fine couche de « MISAWITE » (un composé de fer, d'oxygène et d'hydrogène). Cette couche de  MISAWITE se serait très rapidement formée (dans les 2 ou 3 ans après la construction du pilier) de façon naturelle, c'est-à-dire par catalyse, grâce à la présence de phosphore et son épaisseur aurait augmenté aussi naturellement au fil des ans.

Mais à la base, ce processus n'a pu se faire que parce que les anciens Hindous mélangeaient, à la base, le minerai de fer avec du charbon de bois. 


 

 

 

Au fil des millénaires, la vie de la terre a évolué de façon continue. Cette terre sur laquelle nous vivons est une sorte de matrice de champs oscillants dont la moindre fluctuation provoque des perturbations. Des impulsions voyagent autour du monde plusieurs fois par seconde entre l'ionosphère et la surface de la planète, envoyant des signaux à tous les organismes vivants, des signaux qui nous relient au champs électrostatique global. Le pouls qui bat la mesure de la vie sur notre Terre, est appelé « la résonance de Schumann ».

Notre planète est entourée par un manteau d'énergie électromagnétique qui stimule le développement de la vie terrestre sous d'innombrables formes y compris celle de la conscience. La Terre est donc le théâtre d'oscillations liées à la source de la vie. C'est ce milieu qui est lu par les ondes Alpha du cerveau.

L'écorce terrestre est constituée d'environ 72% de quartz (silice cristallisée) au travers de laquelle se propagent des ondes acoustiques et des décharges électriques dues à ses déformations occasionnées par les séismes, les effets de marée, du soleil, de la lune, et des planètes. Toutes ces ondes et ces décharges électriques engendrent une polarisation de la croûte terrestre ; il en résulte que le quartz du noyau (qui est la source d'oscillations électriques) créé un milieu énergétique favorable à la vie et par lequel toutes les interactions du cosmos sont rendues possibles. Mais le facteur principal de l'action mécanique sur le quartz est la « respiration sismique » de la Terre qui respire comme un être vivant. Cette respiration terrestre est accompagnée des changements linéaires de la planète, mesurés dans le sens Est/Ouest. Cette respiration génère une onde électromagnétique particulière, de cycle bien précis, qui inspire un certain rythme à tous les processus se produisant dans la Biosphère et la Noosphère. Ce rythme joue un rôle important dans tous les domaines de la vie et détermine la fréquence de la planète.

L'ensemble des espèces vivant sur la Terre subit, aujourd'hui particulièrement, de nombreuses agressions contre lesquelles leur patrimoine génétique, fruit d'une longue évolution, ne parvient pas à lutter. L'incapacité de muter, de s'adapter à certaines modifications du milieu, mène tout droit à l'extinction pure et simple de nombreuses espèces. Selon M.Trasmier, nous sommes confrontés à une extinction massive des espèces. Durant ce siècle, cela devrait se traduire par la disparition quasi-totale de toutes les espèces de taille moyenne (oiseaux, reptiles, mammifères, .) A terme, l'homme pourrait être inclus dans ce processus d'extinction globale aux causes multiples. En effet, la pollution des eaux et de l'atmosphère ne peut, à elle seule, expliquer cette hécatombe, même si elle y contribue. En effet, tout ce qui vit sur terre est constitué d'eau et possède la possibilité d'adaptation ; moins de 16% d'eau et c'est la mort biologique..jusqu'à 99,5% c'est toujours la vie. Chez l'homme, l'eau représente en moyenne 63% du poids du corps. L'eau est donc un véritable support de vie, elle en est son expression, sa substance, et l'on devrait l'apprendre à l'école dès son plus jeune âge et ensuite combattre la pollution (agricole, industrielle.) de l'eau. D'autre part, nos technologies modernes utilisent des ondes Electromagnétiques dont l'action néfaste sur les molécules d'eau est pourtant bien connue. En plus, notre génération du micro-onde à usage intensif va à plus ou moins longue échéance sonner le glas de toutes les formes de vie basées sur la molécule d'eau. Il faut savoir que sur la gamme de fréquences de Résonance de la molécule d'eau entraîne dans tous les systèmes vivants (lors de la MEIOSE ou de la MITOSE) des difficultés, voire même des erreurs de réplication des structures d'ADN ou d'ARN qui sont les bases de notre alphabet biologique et métabolique. Toute protéine a obligatoirement comme support de construction et de transport des molécules d'eau. Or la molécule d'eau soumise à un rayonnement, absorbe l'énergie des ondes électromagnétiques si ses dernières ont une fréquence avoisinant celle des micro-ondes à savoir 2,450 giga hertz ; cette absorption se traduit par une vibration de la molécule d'eau. Une onde est associée à un champ magnétique changeant de sens périodiquement. Une fréquence de 1 hertz signifie que le champ s'inverse 1 fois par seconde. Des micro-ondes à 2,450 giga hertz conduisent, par polarisation de la molécule d'eau à une inversion du champ de 2,45 milliards de fois par seconde.

Or depuis janvier 2005, nous utilisons ce type de fréquence pour communiquer à distance, perturbant ainsi tous les mécanismes métaboliques du vivant. Et, c'est très grave car une eau vibrant à une telle fréquence ne peut plus assembler harmonieusement le programme des différents bases ou protéines ; s'ensuivent alors de graves erreurs de réplications des structures d'ADN ou d'ARN soumettant l'ensemble du vivant à un stress souvent mortel. KAZHATCHEEV et TROVIMOV ont décrit un phénomène fondamental de la vie appelée « civilisation des cellules » et montré l'extraordinaire collaboration des cellules entre elles et leurs manière de communiquer à distance sur les modes de vibratoires d'une très faible intensité et dans des fréquences très faibles. A.VICQ a montré que l'antenne parfaite que représente la double hélice de l'ADN était un bon exemple de collaboration vibratoire. En effet, grâce à sa forme et à son repliement sur elle-même, elle est toujours perpendiculaire aux ondes, d'où qu'elles proviennent. Multipliez la longueur d'une molécule d'ADN (environ 2 mètres) par le nombre de cellules d'un seul corps humain, vous arriverez à des longueurs astronomiques.

Conclusion, les ondes auxquelles est sensible notre organisme s'étendent jusqu'à des milliards de kilomètres. Et l'intrusion intempestive de fréquences électromagnétiques par l'homme vient grandement perturber cette « civilisation des cellules ». La disparition massive d'espèces et l'évolution exponentielle des maladies dégénératives démontrent que tous les seuils de tolérance sont aujourd'hui dépassés.

 

       

  Actualités-Consommation-Informations

             
Liens partenaires   |   Nous contacter   |  Nos coordonnées   |  Les  liens    | mentions  légales |  Aci Informatique
Copyright 2011
aci-multimedia.net - aci-multimedia.fr - aci-multimedia.info - Femme Expatriée  Magazine Féminin -  Magazine bio & Ecologie - Tourisme et Gastronomie



Magazine consommation, santé, nutrition, brèves sociales , cultures et connaissances, informations, Terre Vivante