LINGUISTIQUE - L'ANCETRE ET LA VIE

         Retour sommaire


Le saviez vous?

 

 VARIATIONS SUR LE PHONÈME "A"     


  En 1874, l'autrichien O-Ziedler découvre le DDT ou Dichloro-diphényl-tricholorethane. En 1939 Paul Muller découvre ses propriétés insecticides et en 42, Geigy AG va breveter la substance.


.

 

 

    En dravidien, le terme AN signifie Ciel, élévation ; ce terme sous entendra plus tard un sens de noblesse ; on le retrouve dans le dravidien AM ( pointe ). Mais An est toujours resté chez les dravidiens de l'Inde, un terme honorifique devant les noms de personne. Or, ce AN dravidien ressemble beaucoup au dieu du ciel suméro-mésopotamien AN/ANU. En sumérien, le ciel se disait aussi NA, anagramme de An, un An ou un NA que nous retrouvons dans le nom de nombreuses déesses ( NANNA, INANNA, ANAT, etc...). Les traditions dravidiennes rapportent qu'à l'origine, leurs anciens désignaient le ciel par le terme générique AN/ANN, forme neutre, manifesté sous 3 formes : SOR- AN (ciel pluvieux), SER- AN ( ciel clair ), et PANDYAN (synthèse des 2 autres ) de la racine PAN " créer ".

En dravidien, " A " (vache ) donne ANN'EI ( mère ) mais aussi AVEI à l'accusatif, équivalents de AN/ANN/ANAT. Mais sachons que A fait aussi " AN " ( par contradiction de AVIM ). Ajoutons que le EI de ANN'EI se change parfois, par allongement en AY et se réduit lui-même en" A ", d'où l'on obtient alors ANAT ou ANN'AY. Nous avons bien là l'origine du nom de toutes les déesses dont le norn tourne autour de A/AN/ANAT/ANN/ANAT/INANNA etc... Ce n'est pas pour rien que la mère de la vierge porte le nom de ANNE A l'origine, la vache céleste A fut donc déesse universelle, liée à la Vie. Cette primordialité de la vache cosmique apparaît par exemple dans la vache du Tao ( dont nous savons qu'il a été fortement influencé par 1c shivaisme pré- aryen), où elle désigne la femelle originelle, principe féminin, origine du ciel et de la terre.

L'ADITI pré-aryenne adoptée par les védiques est aussi la vache primordiale céleste de qui tout est issu, même les dieux ; elle est la lumière primordiale rayonnante, associée à l'aurore et au soleil. Aux Indes, mais aussi en Égypte, la vénération pour la vache est sans nulle autre pareille. Ainsi, l'Egyptienne HATHOR ou ATHOR, la noire de Pount était une vache céleste portant entre ses cornes le soleil. Son origine dravidienne est incontestable autant que peut l'être la déesse NEITH ou NIT, elle aussi symbolisée par une vache. On sait que Neith n'est pas Egyptien ( ni Apis, Osiris, Min, et Athor ). Se n'hésite pas à rapprocher son nom du dravidien NET'TEI ( hier ) et NETTEI ( longueur, appliquée au temps, dans le sens de lointain, d'ancêtre ). C'est aussi le nom des NETTER, ces fameux ancêtres divins. La vache nourricière des Gerrnains, AUDUMIA, compagne d'YMIR, antérieure aux dieux, représente l'ancêtre de la vie ; son appartenance aux cultes pré-germain est certaine. Issue du phonème A, nous avons encore en dravidien, AMMA (mère ). Nous en connaissons beaucoup de dérivés dont il serait inutile de donner une liste, si courte soit-elle, allant de l'Hébreu AMAH/NAAMAH au sumérien AMA {matrice, mère ), au basque AMA (mère ) ou au japonais AMATERASU.

Notons encore qu'en basque, la grande déesse est MARI. Or, ce nom de MARI comme le terme AMA ( mère ) est identique à celui de la déesse bien connue des dravidien MARYAMMAI ; en basque, c'est MARI-AMA, MARI la mère. Le prénom de MYRIAM a là encore une origine trouvée. Un autre terme dravidien bien connu est AMALGAL qui qualifie les " mères " du pays Tamoul, déesses de village toutes hypostases de PARVATI, Pourtant, cette AMALGAL se retrouve encore en basque dans AMALDEKO ( maternel ) ou bien AMALLEKHUKO (tutrice) ; ailleurs c'est, par exemple, l'AMALTHEIA crétoise et pré-grecque. Un autre exemple de l'emprunt indo-européen aux pré- aryens est celui de l'ANAHITA Iranienne qui vient en droite ligne de l'elamite NAHITI- NAHUNTE. Pour en terminer avec la Mère, signalons un autre terme dravidien issu du phonème A ; c'est AL ( homme ) ALI (femme), anciennement YALI. C'est aussi, en dravidien le nom du lion, solaire par excellence et qui a toujours été la monture de la grande déesse ; le lien étymologique et symbolique n'est pas fortuit mais nous entraînerait trop loin. Dans le chapitre consacré à la Pierre, nous parlerons plus en détail d'ALILAT la parèdre d'ALLAH, qui régna bien avant lui sur les pré- islamiques.

Nous allons clore notre chapitre avec le Père dont nous avons vu les formes AYYA/ATTAN/ACCAN. N ous retrouverons ces formes dans le crétois ATANO ( père nourricier ), le turc ATTA, le roumain, maltais et samoen TATA ( père ) mais encore dans des dérivés, intermédiaires entre AY et ATTAN, tels que : le basque AITA ( père ) AITANO ( père nourricier ). AITHOR, nous dit Milosz, est le premier homme, l'Adam vasco-cantabre, venant de AITE (engendrer, appeler à la vie ). Nous pourrions aisément développer le thème de ces variations et dérivations, mais nous terminerons avec le gallois ATHAIR (ancêtre). Rappelons enfin que le bovidé " A " est à l'honneur dans l'alphabet puisqu'il occupe la première place ; c'est l'ALIF (arabe), l'ALPHA (grec) ou l'ALEPK. Les sumériens représentaient le bovidé A par un graphisme identique.
[suite]


        

  Actualités-Consommation-Informations

             
Liens partenaires   |   Nous contacter   |  Nos coordonnées   |  Les  liens    | mentions  légales |  Aci Informatique
Copyright 2011
aci-multimedia.net - aci-multimedia.fr - aci-multimedia.info - Femme Expatriée  Magazine Féminin -  Magazine bio & Ecologie - Tourisme et Gastronomie

 

Magazine consommation, santé, nutrition, brèves sociales , cultures et connaissances, informations, l'ancetre et la vie